Interview sur Alsacréations

alsacreations.com design usability css

Publié sur alsacreations.com

J’ai donné une petite interview pour le site alsacreations.com, un site communautaire autour des technologies web créé par Raphaël Goetter et Rodolphe Rimelé et auquel j’ai beaucoup participé il y a une dizaine d’années.

Il y a deux questions qui m’ont particulièrement intéressé, et je me permets de recopier mes réponses ici pour mémoire.


Alsacréations: Comment envisages-tu le futur de CSS ou de l’intégration en général ? (on pense notamment à CSS-in-JS)

Pour les CSS dans le JavaScript, c’est plus un symptôme de ce qu’il se passe depuis quelques années. Je n’ai rien contre ces outils, moi ça ne me gêne pas d’utiliser styled-components ou CSS Blocks, pas plus que Sass ou d’autres. Mais ça fait partie d’une tendance générale à empiler des couches techniques les unes par dessus les autres, qui correspond mieux aux schémas mentaux des développeurs·euses «classiques» que des intégrateurs·trices.

On se retrouve avec des projets où pour participer sur les styles ou l’accessibilité il faut pouvoir utiliser Git mais aussi Docker, maitriser JavaScript et React, configurer webpack, et écrire les styles dans une syntaxe JavaScript ou en pseudo-CSS. C’est quand même beaucoup d’obstacles pour des gens qui connaissent peu ces outils mais ont une expertise sur le HTML et l’accessibilité, le CSS, les navigateurs web, etc. Je parle régulièrement avec des gens qui faisaient de l’intégration web principalement ou en plus d’autres missions, et qui se sont rabattus sur du design ou de la gestion de projet car l’environnement technique devenait trop «pour et par les devs».

Je ne sais pas comment ça va évoluer, mais en tout cas je m’intéresse à tout ce qui tire un peu dans le sens inverse : permettre à des designers et/ou intégrateurs·trices de produire des choses sans être bloqué par plein de couches techniques. Peut-être une simplification des frameworks JS pour que le JS s’efface autant que possible, comme dans Svelte ? Est-ce qu’il faut forcément coder, ou bien est-ce que la manipulation directe comme dans Webflow ne fonctionnerait pas mieux au final ? Est-ce qu’on peut mélanger code et manipulation directe, pour bosser ensemble avec plusieurs profils ?

Alsacréations: Si tu avais à former un·e débutant·e en HTML et CSS, sur quels thèmes insisterais-tu particulièrement ?

Pour moi le plus important serait de rattacher HTML et CSS à un objectif plus large. Quand j’ai fait de la formation il y a 10 ans, j’avais une approche très linéaire, HTML et sémantique d’abord puis CSS ensuite, etc. Avec le recul je trouve ça un peu formel et pas très motivant.

Avec des débutant·e·s en développement web voire en développement tout court, j’insisterais sur l’idée de créer quelque chose. Dans ce cadre, HTML et CSS ne sont que deux outils sur cinq ou 6. On peut bosser sur plein de sujets : de l’animation, des ébauches d’application multimédia (par exemple une application pour générer des sons ou de la musique), une galerie de photos, mettre en page un poème ou une tablature de guitare, etc. L’important serait de publier le résultat (par exemple sur GitHub Pages, Netlify, ou en codant directement sur Glitch) et le partager à quelques personnes : voilà ce que j’ai fait.

Avec un public de développeurs·euses qui a déjà une formation initiale en développement “backend” mais très peu d’expérience en UI, le risque principal c’est le découragement car CSS est un domaine à part. Les compétences déjà acquises en Java, PHP, Python ou SQL ne se transfèrent pas vraiment à l’apprentissage de CSS (Miriam Suzanne, Why Is CSS So Weird?). Et si on n’a pas anticipé ce problème, on peut se retrouver en pleine dissonance cognitive (Natalya Shelburne, CSS at the Intersection) et abandonner.

Du coup, s’il faut se familiariser avec un nouveau domaine et une culture de design et d’ergonomie, pourquoi ne pas enseigner directement ces concepts de design, en utilisant CSS comme un exercice d’application ? Et enseigner directement des bases d’accessibilité, en utilisant HTML pour la mise en application ? En somme, viser un résultat plutôt qu’enseigner un langage.